Analyser

Nos perspectives et notre analyse

Nos perspectives économiques et financières

Nous analysons l’environnement économique et de marché pour déterminer un scénario à moyen terme et l’évaluation relative des classes d’actifs

Matthieu Grouès

Directeur des Gestions Institutionnelles

Julien-Pierre Nouen

Directeur des études économiques et de la gestion diversifiée, CFA

1. Quel impact de la crise ukrainienne ?

- Un impact économique qui passe essentiellement par la hausse des prix des matières premières. L’Europe est la zone la plus exposée.
- Le niveau final des prix de l’énergie est encore très incertain.
- Les gouvernements vont probablement absorber une partie du surcoût.

2. Des facteurs de soutien à la reprise

- L’amélioration de la situation sanitaire permet une levée des restrictions sanitaires dans les pays occidentaux.
- Les créations d’emplois sont dynamiques.
- Les bilans du secteur privé sont solides pour absorber la hausse du coût de l’énergie.
- Quid de la Chine ?

3. Renforcement des pressions inflationnistes

- L’inflation atteint des niveaux inédits depuis plusieurs décennies aux Etats-Unis et en Europe.
- La hausse des prix de l’énergie constitue un nouveau facteur inflationniste.
- Aux Etats-Unis, la hausse des prix de l’énergie va s’ajouter aux pressions inflationnistes domestiques.

4. Tensions durables sur le marché du travail

- Le marché du travail américain est extrêmement tendu et les salaires accélèrent.
- La tension en Europe ne se voit pas encore dans les salaires.
- Il faudrait un fort ralentissement de la croissance pour inverser la tendance du taux de chômage. Le chemin à parcourir par les banques centrales est potentiellement très important.
- Un soft landing de l’économie américaine est-il possible ?

Contexte toujours favorable mais nécessitant une plus grande vigilance

 

Marchés actions : des incertitudes qui justifient de se montrer prudent

  • Une résolution du conflit devrait permettre un rebond.
  • Le contexte de forte inflation, amplifié par la hausse des matières premières, risque de fragiliser le rebond dans la durée.
  • Notre préférence va aux actions européennes dont les niveaux de valorisation nous semblent plus raisonnables.

Marchés obligataires : poursuite de la hausse des taux d’intérêt

  • L’ampleur de la normalisation des politiques monétaire nous paraît encore sous-estimée.
  • Sur le compartiment du crédit, le supplément de rendement est attractif mais les incertitudes économiques pourraient affecter la classe d’actif.
L’opinion exprimée ci-dessus est datée d’avril 2022 et est susceptible de changer.
À destination de clients professionnels.

Notre analyse de la conjoncture

1
Hausse des taux à venir
2
Transition en douceur pour la BCE
3
Assouplissement de la politique économique
états-unis

Le PIB américain a baissé pour la première fois depuis 2020, mais ce chiffre décevant masque en réalité une dynamique très favorable pour l’économie américaine. Face aux pressions inflationnistes persistantes, la Fed continue de durcir son discours.

Zone euro

Les enquêtes PMI ont surpris favorablement, la levée des restrictions sanitaires soutenant l’activité dans le secteur des services. Le renforcement des pressions inflationnistes amène la BCE à envisager une accélération de la normalisation de sa politique monétaire.

Chine

La croissance du premier trimestre a surpris à la hausse, mais cela masque un ralentissement notable de l’activité au mois de mars, le renforcement des restrictions sanitaires pesant sur l’activité. Pour éviter un ralentissement trop marqué, les autorités renforcent leurs mesures de soutien.

L’opinion exprimée ci-dessus est datée d’avril 2022 et est susceptible de changer.
À destination de clients professionnels.